Et si on était payé pour être heureux ?

Payé pour être heureux ? Ne fronce pas les sourcils, lecteur cosmique. Je ne suis pas en train de te dire que j’aime tellement me complaire dans le malheur qu’il faudrait me payer pour être heureuse. Non je te propose plutôt qu’on ne soit plus payé pour travailler mais juste pour être heureux. 

Aimer… ou pas son boulot

Peut-être que tu fais un boulot hyper épanouissant dans lequel tu te sens utile… Tant mieux pour toi. Mais je pense que tu ne fais pas partie de la majorité de gens qui, j’en suis certaine, rêverait de ne plus travailler quelques mois, quelques années, voire définitivement.

Alors bien sûr, les accro à la croissance, les fans de l’économie de marché et du libéralisme (s’ils me lisent^^) sont en train de sauter au plafond : quoi ??? Une société sans travail ??? Mais c’est la fin des haricots, on ne produit plus de richesses, notre PIB s’écroule, notre système économique s’effondre et… pourquoi pas la fin du monde pendant qu’on y est ?

un monde sans travail.jpg

Le Bonheur, cette richesse inestimable…

Eh bien, c’est là que nos chemins se séparent car il se pourrait bien qu’on n’ait pas la même notion de richesse. Pour certains la richesse c’est des sous, pour moi, c’est le Bonheur. J’en profite pour te rappeler que l’argent ne fait pas le Bonheur même si je te l’accorde, on est bien emmerdé quand on en n’a pas.

Le Bonheur ça se cultive, ça se travaille, ça se préserve parce que c’est précieux, donc CQFD, c’est bien une richesse. Mais pas le genre de richesse qu’on met en avant. Parce que le bonheur c’est gnangnan, ça colle aux doigts, c’est limite pathétique toutes ces petites fleurs. Et puis, si on pouvait vivre uniquement d’Amour et d’eau fraîche, ça se saurait…

d'amour et d'eau fraîche.jpg

Le travail, cette activité indispensable…

Même si ces derniers temps, la notion de (vrai) Bonheur interpelle de plus en plus. On continue quand même à nous vanter la valeur travail à tout bout de champ et tout ce qui gravite autour : le dynamisme, la performance, le confort matériel. On nous brosse le tableau d’un travailleur volontaire qui se lève tôt le matin pour faire tourner cette société d’assistés (!) Au passage, on se fiche de savoir s’il est vraiment heureux. De toute façon, il n’a rien à dire, rien à revendiquer puisqu’il fait partie de ces privilégiés qui ont un travail. Ce qui  devrait amplement suffire à son Bonheur justement.

Vraiment heureux le travailleur ?

Les contraintes ? Les horaires fixes ? Les petits chefaillons qui donnent des ordres ? Un temps de trajet ahurissant ? Un salaire ridicule ? Des tâches répétitives et/ou sans intérêt ? La pression du chiffre ? Le manque de reconnaissance ? (rayer les mentions inutiles) Ça te dit forcément quelque chose…

enchaîner à son travail.jpg

Mais qu’est-ce que tu ferais si tu ne travaillais plus ?

Tu t’ennuierais ? Tu te sentirais inutile ? Tu déprimerais ? Tu serais obligé(e) de, encore plus, te serrer la ceinture ? Tu te sentirais responsable de la mauvaise conjoncture économique (schlaff, schlaff, bruit de l’auto-flagellation).

Ne vous en faîtes pas pour moi, pour nous…

Si on pouvait ne plus travailler, mais qu’est-ce qu’on serait débordés ! On pourrait enfin faire ce qui nous plait ! On ne saurait plus où donner de la tête, photo, bricolage, jardinage, peinture, lecture, écriture, balades, rêveries. Et enfin on pourrait se consacrer à nos projets, toutes ces choses qui fourmillent dans nos têtes et qui restent à l’état d’intentions jamais concrétisées, faute de temps…

Profiter de la vie

Alors dis comme ça, ça a l’air égoïste mais c’est tout le contraire. Parce qu’une société sans travail obligatoire et avec un revenu minimum pour tous, ça impliquerait des bouleversements bien plus profonds qui dépasseraient le simple bien-être de notre petite personne.

Une société plus zen…

Fini le fléau du chômage, finie la dépression parce qu’on ne trouve pas de boulot. Oubliée l’épée de Damoclès qui te fait te sentir trop vieux ou trop inexpérimenté. Balayés ce sentiment d’incompétence, cette sensation d’être infantilisé, dirigé.

Adieu le trou de la sécu, parce que moins de maladies professionnelles, de burn out, d’arrêts maladies intempestifs, moins d’anti-dépresseurs. Et finie la culpabilité quand tu as l’audace de coûter des sous à la société parce que t’es juste surmené.

Plus généralement, moins d’agressivité, moins de tensions. Tu ne cours plus comme un lapin. Tu passes du temps avec tes enfants, tes parents, tes amis, pour partager, profiter de la vie avec eux

Heureux en famille

Je te l’affirme lecteur cosmique en étant heureux, tu rends service à la société ! Autant qu’en travaillant… Voir même plus.

Vivement, cette société plus zen où on ne passe pas son temps à te harceler avec les chiffres du chômage, du PIB, de la croissance.  Où ton bonheur devient la valeur de référence. 

 Tu me prends pour une rêveuse ?

Tu te demandes avec quoi on paye un revenu minimum décent à tout le monde ? Rappelle-toi… pour sauver les banques, on a trouvé des milliards en un claquement de doigts. Et puis, on imagine aisément toutes les économies réalisées concernant la santé, les assedics et autres prestations sociales…

Tu te dis qu’on est obligé de travailler pour faire fonctionner la société. Qu’il faut bien qu’ils y en aient qui soignent, instruisent, ramassent les poubelles. Je suis d’accord. Mais tu vois je suis persuadée que si on savait qu’on pouvait ne pas travailler sans conséquence sur notre mode de vie, si on savait qu’on ne risquait plus d’être au chômage avec toutes les répercussions qui s’ensuivent telles la perte d’un logement. Paradoxalement on aurait plus envie de travailler. Il y aurait une légèreté et une notion de plaisir qui n’existe pas actuellement puisqu’il FAUT qu’on travaille pour subvenir à nos besoins, d’où un stress récurrent et souvent ingérable.

Alors en définitive, si on n’était pas obligé de bosser, travailler nous rendrait heureux et donc on serait payé pour être heureux.

heureux au travail.jpg

Et surtout, continuons à rêver d’une société où le travail ne serait plus un fardeau auquel on ne peut échapper mais plutôt une des composantes de notre bonheur…

 

Aileza-cosmique

Publicités

18 réflexions sur « Et si on était payé pour être heureux ? »

  1. Ta réflexion est très juste. C’est vrai qu’on nous dit qu’il faut travailler (bon je ne travaille pas, ou je ne suis pas rémunérée – haha le lycée payé, ça serait bien XD). On a tendance à ne pas aimer les choses imposées… Si on avait le choix, je crois que ça serait vraiment différent !
    Bisou<3

    Aimé par 1 personne

    1. Oui je crois qu’avoir tout simplement le choix de pouvoir travailler ou non serait une bonne solution. Sachant que l’être humain reste rarement sans rien faire, sinon il s’ennuie… On finirait tous par travailler mais selon des formules plus personnalisées et dans une ambiance bien plus détendue 🙂

      J'aime

  2. C’est trop compliqué pour moi de parler de bonheur au travail… Bien que mon nouveau job me fait du bien, beaucoup de bien… Alors, je choisis de retenir cette belle phrase : Et surtout, continuons à rêver d’une société où le travail ne serait plus un fardeau auquel on ne peut échapper mais plutôt une des composantes de notre bonheur…

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends ma belle 🙂
      Tu es sur la bonne voie, ne désespère pas d’être un jour de nouveau heureuse au boulot…
      Des bises cosmiques ❤

      Aimé par 1 personne

  3. En ces temps de changement climatique, de mon point de vue, si on veut moins polluer, il nous faut ralentir notre rythme de vie, en grande partie trépidant à cause du travail. Je ne comprends pas que des « politiciens » comme Hamon ou Larrouturou ne rencontrent pas plus de succès. Larrouturou et son idée des 30h par semaine. Voilà une mesure intelligente. Et tous ces employeurs coincés qui n’acceptent pas le télétravail. Ça éviterait pourtant des bouchons, de la pollution automobile (même si ça ne réduirait pas la pollution Internet).

    Aimé par 1 personne

    1. Entièrement d’accord avec ton point de vue 🙂
      Vivre en harmonie et dans le respect de la nature est également une des composantes essentielles à notre Bonheur… Tout est lié. Changer le mode de fonctionnement de nos sociétés devient urgent.

      J'aime

    1. On est sur la même longueur d’onde Mum, j’ai failli citer Voltaire, tu l’as fait 😉
      Bises !

      J'aime

  4. C’est triste que l’on en soit arrivé là, surtout quand on sait que les sociétés dites « archaïques » étaient des sociétés de « loisirs ». C’est à dire que pour un travail, il y avait 3 personnes dessus. Deux travaillaient et la troisième était libre et ça tournait ainsi. On avait plus de temps.
    Pour ma part, je suis en recherche. Quand les carriéristes me demande « dans quoi? » je ne sais jamais quoi répondre car je m’en fout du « quoi » c’est plutôt « où » qui m’importe, en l’occurrence je cherche juste un endroit qui ne me rendra pas mal. (je ne dis pas « qui me rendra bien » car le travail qui rend bien je n’y crois pas). Et les gens ont du mal à supporter cette réponse, cette absence de carriérisme de ma part.
    Même les recruteurs tirent des yeux comme deux ronds de flancs quand je réponds à leurs annonces de temps partiel de « 15h », m’apostrophant que c’est tout à fait fou de postuler pour si peu.
    BEN LE MET PAS EN LIGNE ALORS u_u
    Moi je rêve que toutes les études soient réellement gratuites. Que la précarité ne soit plus un frein aux études et à leur réussite!

    Aimé par 1 personne

    1. Tu verras petit à petit une nouvelle vision du monde du travail en particulier et du monde au sens large va s’imposer, j’en suis persuadée. De plus en plus de personnes n’ont pas envie de faire graviter toute leur vie autour du travail. Ne te décourage pas, un jour tu vas trouver le poste qui te convient, c’est certain. Il faut y croire 😉

      Aimé par 1 personne

  5. Merci pour cet article que tu partages, je suis sûre que comme tu le dis qu’ il y aura de nombreux détracteurs et que ton article déplaira à certains. Mais comme il faut des personnes comme toi, pour changer les curseurs, les mentalités et faire progresser doucement mais sûrement une société. C’est vrai que ton article donne à réfléchir et je trouve dommage que notre société nous inculque le fait de pouvoir vivre libre à la retraite alors que nous pourrions vivre dans la pleine fleur de l’âge. Lorsque l’on se sent pleinement alignée alors on se sent plus fort, plus créatif et en meilleure santé comme tu le souligne justement. Moi qui suis une spécialiste du bonheur, je me suis émancipée de la « Rat race » (metro-boulot-dodo) il y a 7 ans et certes j’ai moins de sous qu’avant mais qu’est-ce que je me sens mieux et libre. Et la liberté elle n’a pas de prix.
    J’exerce une activité qui a du sens et qui apporte de la valeur au monde et pour cela je suis pleine de gratitude.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Lydie 🙂
      Nombreux sont ceux qui ont choisi de sacrifier rentabilité et niveau de vie au profit d’une Liberté retrouvée. Comme toi je crois que cette notion de Liberté est essentielle et que rien ne mérite de la sacrifier. Elle fait partie de notre équilibre, de notre ADN.

      J'aime

    1. Je ne peux qu’adhérer 😉
      Et ne plus vivre le travail comme une contrainte permettrait à chacun de prendre le temps de trouver sa voie sereinement en dehors de toutes contingences et obligations matérielles et donc d’avoir la possibilité d’aimer son travail…

      J'aime

  6. Tu connais ma position. j’adhère à 100%. j’en rêve même. Je ne sais pas si je le verrais dans ma vie car c’est pas trop le style de Manu. IL est en train de nous pondre un revenu universel qui comme le dit Benoit est une contre-façon. Au bout du compte, les gens auront moins et devront accepter n’importe quel boulot sous peine de perdre les miettes qu’ils veulent bien octroyer aux gens dans le besoin. Autant dire très très loin de nos aspirations mais tu as raison de dire que les gens aspirent de plus en plus à autre chose que de bosser comme des cons, de s’épuiser pour qui ? pour quoi ? on ne comprend pas bien !

    Aimé par 1 personne

    1. Eh oui, on a le même rêve 🙂
      Même si Manu ne fera rien pour, les mentalités évoluent de plus en plus à ce sujet. Plus nombreux sont ceux qui accordent moins d’importance au travail et privilégient leur bien-être. Alors soyons optimistes encore et toujours 😉

      J'aime

  7. Je suis assez d’accord avec toi ! Même si, de mon côté, j’ai encore vraiment du mal avec la citation « l’argent ne fait pas le bonheur » 😉 Pour revenir un peu à ce que tu dis concernant le travail, j’ai décidé de faire quelque chose qui me plaît depuis le début, même si je n’ai pas encore réussi à avoir un réel salaire grâce à ça. Mais je n’ai que 21 ans, alors je persévère et je n’abandonne pas 🙂 Je suis tellement plus heureuse à faire quelque chose qui me plaît, je me sens tellement plus épanouie, plus ouverte, plus motivée, j’ai envie de faire pleins de choses. Je n’ai parfois même pas l’impression de travailler et les gens autour de moi d’ailleurs, considère que je travaille pas vraiment… Je pense que les gens ont une idée un peu trop arrêtée sur le travail. On peut très bien vivre de sa passion 🙂 Et justement, il vaut mieux faire ça et gagner sa vie sans trop vraiment s’en rendre compte que de s’acharner sur le travail, au risque de déprimer… Mais ce n’est que mon avis personnel 🙂
    Bisous.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Joyfuldreams pour ton message 🙂
      Tu as raison, il n’y a pas d’âge pour être heureux au travail et plus on commence tôt à avoir ce type de réflexes, mieux c’est !
      Quant à l’argent c’est vrai qu’il ne fait pas le bonheur mais il y contribue grandement, surtout dans une société où tout passe par le « fric ».
      Bises

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s